Madagascar

Covid-19 à Madagascar: le cri d’alarme du secteur du tourisme

À Madagascar, après quatre mois sans activité dus à la crise engendrée par la pandémie de Covid-19, le confinement et la fermeture des frontières, la filière tourisme ne parvient plus à garder la tête hors de l’eau. Si une réunion entre les autorités et le secteur privé à eu lieu mi-juin pour élaborer un plan multisectoriel d’urgence, « le secteur tourisme reste totalement sinistré », plusieurs établissements ont fermé et 40 000 emplois directs sont menacés, s’alarme la Confédération du tourisme dans une lettre adressée à la présidence et au ministre de tutelle.

Madagascar: le directeur général de l’Office national pour l’environnement limogé

Le directeur général de l’Office national pour l’environnement (ONE) a été limogé par un décret abrogeant sa nomination. Une décret pris en Conseil des ministres le jeudi 16 juillet au soir, alors que le bâtiment de cette autorité malgache, situé dans le centre-ville de la capitale, avait brûlé le mercredi 15 juillet. L’édifice recensait en son sein toutes les archives de politique environnementale de Madagascar depuis près de 30 ans.

Covid à Madagascar: les centres de santé de base mobilisés malgré leur sous-équipement

Face à la forte augmentation de cas de coronavirus dans la capitale et à des hôpitaux saturés, les autorités malgaches ont revu leur stratégie de prise en charge des malades du Covid-19. En cas de symptômes, c’est vers ces centres de santé de base (CSB) que la population doit se rendre a indiqué dimanche soir 12 juillet le chef de l’État, Andry Rajoelina. De petites structures de santé de proximité présentent sur tout le territoire mais souvent sous-équipées et qui manquent de personnel.

Lutte contre le coronavirus à Madagascar: des ONG réclament plus de transparence

Une dizaine d’organisations de la société civile adresse une lettre ouverte au Centre de commandement opérationnel (CCO), l’institution en charge de la lutte contre l’épidémie de coronavirus. Ces organisations, dont Transparency International et le Mouvement Rohy, dénoncent l’opacité de la gestion des financement dédiés à la riposte contre le coronavirus.

Madagascar: un retour au confinement impossible pour de nombreux habitants de Tana

Madagascar a vécu son premier jour du retour au confinement pour Antananarivo et sa région l’Analamanga. La capitale et ses environs fait face à un regain de propagation de Covid-19. Si elle recensait quelques dizaines de cas quotidiennement, depuis la semaine dernière, ce sont des centaines de cas par jour qui sont rapportés dont 303, ce lundi 6 juillet. Au total, la Grande Ile compte 3 250 personnes atteintes du coronavirus dont 33 décès. Deux mois et demi après avoir retrouvé le droit de circuler et de travailler, les Tananariviens doivent donc rester chez eux. Une mesure que les habitants, qui pour la plupart vivent au jour le jour, ne peuvent respecter.

Madagascar: un retour au confinement impossible pour de nombreux habitants de Tana

Madagascar a vécu son premier jour du retour au confinement pour Antananarivo et sa région l’Analamanga. La capitale et ses environs fait face à un regain de propagation de Covid-19. Si elle recensait quelques dizaines de cas quotidiennement, depuis la semaine dernière, ce sont des centaines de cas par jour qui sont rapportés dont 303, ce lundi 6 juillet. Au total, la Grande Ile compte 3 250 personnes atteintes du coronavirus dont 33 décès. Deux mois et demi après avoir retrouvé le droit de circuler et de travailler, les Tananariviens doivent donc rester chez eux. Une mesure que les habitants, qui pour la plupart vivent au jour le jour, ne peuvent respecter.

La centrale hydroélectrique, une solution pour l’électrification rurale à Madagascar?

Près de 18 millions de ruraux vivent sans accès à l’électricité sur la Grande île. De plus en plus d’opérateurs privés, en partenariat avec des bailleurs, décident de se lancer dans le secteur de l’énergie et plus particulièrement de l’électrification rurale. C’est le cas à 200 km à l’ouest de la capitale, bien loin des routes nationales, où deux petits villages ont vu leur quotidien changer du jour au lendemain quand une mini-centrale hydroélectrique construite au bord de leur rivière a commencé à produire les premiers kilowatts. L’arrivée de la fée électricité a donné un élan entrepreneurial. Décortiqueurs de riz, coiffeur et même glacier ont ouvert leurs portes. Une révolution pour ces localités perdues dans les montagnes de l’Itasy et une hausse substantielle de revenus pour une partie de leurs habitants. Reportage dans la commune de Sarobaratra.