Le Vatican publie un manuel d’enquête sur les soupçons d’agressions sexuelles

Ces documents ne proposent pas de nouvelles normes, et n’ont pas non plus vocation à substituer la justice de l’Eglise à la procédure judiciaire, souligne le Saint-Siège.


A l’initiative du pape François, le Vatican a diffusé, jeudi 16 juillet, des directives à destination des ecclésiastiques sur la procédure à suivre pour enquêter sur des soupçons d’agressions sexuelles sur des mineurs au sein de l’Eglise.

Ces documents constituent un « instrument » destiné à aider les autorités locales de l’Eglise « dans la tâche délicate de mener correctement les affaires » impliquant des religieux « lorsqu’ils sont accusés » de sévices sur des mineurs, a expliqué dans un communiqué le cardinal espagnol Luis Ladaria Ferrer, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Le pape, qui a fait de la lutte contre le fléau des agressions sexuelles dans l’Eglise catholique une de ses priorités, avait convoqué en février 2019 un sommet inédit regroupant notamment 114 présidents de conférences épiscopales. A cette occasion, François s’était engagé à « donner des directives uniformes pour l’Eglise », évoquant avant tout des références légales déjà en vigueur au plan civil et canonique.

Un formulaire de signalement de délit

De fait, les documents publiés jeudi ne proposent pas de nouvelles normes. Ils n’ont pas non plus vocation à substituer la justice de l’Eglise à la procédure judiciaire, insiste le Vatican.

Le Vatican a notamment rédigé un formulaire de signalement de délit. Le responsable alerté doit renseigner l’identité du prêtre soupçonné, ses différents ministères, la date des faits dénoncés et le nom de la ou des victimes présumées, les mesures prises par l’autorité ecclésiastique et, en cas de procédure pénale, le nom du procureur et des avocats saisis.

L’Eglise est depuis plusieurs années en pleine tourmente avec les révélations successives de d’agressions pédophiles commises pendant des décennies par des prêtres ou des religieux, et souvent couverts par leur hiérarchie dans plusieurs pays, notamment aux Etats-Unis, au Chili ou en Allemagne.

Le Monde avec AFP


Source : Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 13 =